Il n’est pas nécessaire d’être parfait pour ÊTRE


Retranscription de la vidéo :

Pourquoi est-il si difficile de revenir à QUI l’on est et d’y rester ?

Pour la simple et bonne raison que les excitations et les tentations sont sur cette terre continuelles pour la personne et que au delà de ces tentations et excitations purement matérielles, tout sans exception nous ramène à ce QUE l’on est en tant que personne et certainement pas à QUI l’on est en tant qu’Être éternel, illimité.

Nous allons à l’école pour créer ce QUE nous sommes sans que nous soit jamais mentionné QUI nous sommes, puis la dépression faisant nous allons voir un psychologue, lequel tourne autour du pot de notre histoire personnelle, renforçant l’illusion de la personne et nous maintenant sur son divan jusqu’à plusieurs dizaines d’années, à la place de  vous dire une bonne fois pour toute : “Mon ami, tu n’es pas ta personne, tu n’es pas ton histoire et par conséquent tu n’es pas ta souffrance, et médites cela aussi longtemps que nécessaire”.

Si vous vous intéressez au développement personnel qui comme son nom l’indique développe l’illusion, il vous sera mentionné la loi de l’attraction et recommandé de vous attirer ce dont vous avez besoin pour être heureux et de créer les conditions à votre bonheur. La réalité est que quoi que vous vous attirez, cela ne fera que renforcer la personne et ne vous ramènera jamais à l’Être. Et il en va de même avec la spiritualité qui devenue à la mode se fait rarissime dans son enseignement véritable. On vous gonflera alors de connaissances spirituelles dont la personne se délectera pensant alors être éveillé mais qui néanmoins ne vous ramèneront jamais à QUI vous êtes.

De toutes mes lectures et écoutes, jamais je n’ai trouvé celui ou celle qui m’aura expliqué de manière claire nette et précise QUI l’on et/ou ce que l’on entend par “QUI l’on est”.

Ce QUE l’on est, c’est ce QUE l’on est dans ce monde. C’est une étiquette, une case, une définition et cela diffère d’une personne à l’autre. A l’inverse, ce QUI l’on est ne diffère pas d’une personne à l’autre, ce n’est ni une étiquette, ni une case ni une définition, c’est un état d’être qui résulte du fait de s’être désidentifié de l’être éphémère, la personne, qui naît et qui meurt et de s’être reconnecté à l’Être éternelle, illimité, qui n’a ni début ni fin.

J’ai expérimenté cet état d’être pour la première fois il y a plusieurs années mais n’ai pu à l’époque, après tant d’années de recherche, me résigner à l’idée que c’était aussi simple que cela et aussi, dirais-je, banal. J’ ai ainsi fini par me reperdre dans la personne pensant que QUI j’étais était forcément plus compliqué et ai dû en repasser par la dualité pour revenir à l’Être en conscience. Bien que je n’ai jamais douté depuis cette première perception Être le Divin et l’Illimité, pas plus que je n’ai douté que vous Êtes le Divin et l’Illimité, j’étais tout de même parvenu à m’emmêler les pinceaux dans les questionnements de la personne…

La bonne nouvelle ici est qu’il n’est pas nécessaire d’être parfait pour revenir à QUI l’on est.

Pourquoi ? Car la personne croit toujours qu’elle a à perfectionner ceci et cela pour s’éveiller, à expérimenter ceci et cela pour avancer, et ce n’est pas vrai. Il n’y a rien à perfectionner et rien à expérimenter, et simplement revenir dans l’être. Pourquoi ? Parce que le processus de perfectionnement de la personne est infinie et vous n’en verrez jamais le bout et que quand bien même vous seriez à un haut de niveau de perfection du point de vue de la personne ça ne vous ramènera pas à QUI vous Êtes.  A l’inverse si vous revenez tout de suite maintenant à qui vous êtes alors le processus de perfectionnement de la personne s’enclenchera automatiquement. Les “travers” de la personne ne perdurent qu’aussi longtemps que la personne est identifié à la personne et se dissolvent d’eux-même dès lors que l’on revient dans l’Être, que nous ne sommes plus identifié à la personne.

J’en suis l’exemple parfait et vous garantie être revenu dans l’Être en dépit du fait que ma personne n’est pas parfaite et que mon ego continu de se manifester dans le quotidien. Et que quand mon ego se manifeste je ne cherche pas d’excuse, je ne fuis pas l’ego que se manifeste, je vois cette manifestions de l’ego pour ce qu’elle est et c’est précisément le fait de la voir pour ce qu’elle qui fait que ces mêmes mécanismes de l’ego se dissolvent d’eux-même. La priorité et le chemin le plus court  est de revenir à l’Être, et il n’est point besoin d’être parfait pour comprendre que nous ne sommes pas cette personne. Bien au contraire, celui qui se croit parfait en tant que personne, se berne d’abord d’illusion, et n’a aucun intérêt à sortir de sa personne puisqu’elle est soit-disant parfaite. Là où celui qui voit son imperfection et qui d’une certaine manière en souffre, à d’autant plus facile à comprendre qu’il n’est pas cette personne, qu’il n’est pas cette imperfection et qu’il est au-delà de tout cela.

Croire qu’il faut se perfectionner en tant que personne et expérimenter ceci et cela éternellement est donc une illusion qui ne vous ramènera pas à qui vous Êtes.

C’est certes relativement déroutant puisque de ce retour à l’Être en résulte un désintérêt pour ce monde matériel et se pose alors la question de pourquoi sommes nous venus sur cette terre si ce n’est pour expérimenter la matière ?

Nous sommes bel et bien venus pour expérimenter la matière mais nous ne sommes pas venu pour l’expérimenter éternellement.

Quand vous étiez enfants vos parents vous mettez dans un bac à sable et cela vous amusez beaucoup. Est-ce que ça veut dire que adulte vous êtes encore dans le bac à sable ? Non, est arrivé l’heure où naturellement vous êtes sorti du bac à sable car cela ne vous amusez plus. Il en va de même sur cette terre où nous nous sommes amusez dans la matière tout un temps et où arrive l’heure où l’on se dit : “Ça suffit, j’ai assez joué, ça ne m’intéresse plus, je reviens à l’Être véritable”.

Nous parlons souvent de la mort comme étant une transition, mais il faut bien comprendre que si vous jouez avec ce monde jusqu’à votre mort, la mort ne vous ramènera pas à l’être véritable et ne sera qu’une transition entre un jeu et un autre. La vraie transition démarre par la mort de la personne, la mort à soi-même comme on dit, et cela se vit ici et maintenant en cette incarnation. Et il y a donc une incarnation au sein de laquelle le monde matériel va vous désintéresser complètement puisque rien de matériel ne pourra vous apporter un bonheur comparable à celui d’être revenu dans l’Être, un bonheur conditionnel qui soit comparable au bonheur inconditionnel, et vous serez donc dans une incarnation de transition entre ce monde matérielle et les dimensions supérieures.

Car le but du jeu n’est évidemment pas que l’on joue sur cette terre éternellement mais que l’on comprenne à travers le jeu QUI l’on est véritablement pour en sortir. Une fois que vous avez vu clair en le jeu qu’est ce monde alors vous n’avez plus aucun intérêt ni aucune envie de revenir y jouer, ce qui n’aurait aucun sens. Et une fois de plus, pour revenir à QUI l’on est et sortir du cycle des réincarnations, il n’est pas nécessaire d’être parfait.

C’est la raison pour laquelle tous les maîtres spirituels qui sont passés sur cette terre sans aucune exception vous on rabâché depuis leur éveil jusqu’à leur mort qu’il n’y avait rien d’autre à faire que de revenir dans l’être. Car croire que l’on va trouver la paix en ce monde de dualité est une immense illusion. La dualité signifie que rien n’existe sans son contraire et par conséquent que la notion de paix n’a pas de sens sans la notion de chaos, que la notion de bien n’a pas de sens sans la notion de mal, etc., et que quand bien même on se plairait à se faire croire que chacun peut trouver le bonheur en la dualité, il est garanti que jamais la paix ne verra le jour dans un tel monde de dualité.

Où est la paix véritable ? En l’unité. Où est l’unité ? En l’Être.

Et de la même manière qu’il suffit de revenir dans l’Être pour que le processus de perfectionnement de la personne s’enclenche automatique, il suffit de revenir dans l’Être pour que le processus de perfectionnement du collectif s’enclenche automatiquement.

Pour revenir dans l’être, il suffit de se désidentifier de la personne et comment nous désidentifier de la personne ? En se répétant jour et nuit que nous ne sommes pas cette personne, cette personnalité, cette histoire, cette souffrance.

La personne aimerait se créer une histoire fabuleuse autour de sa petite vie mais aussi fabuleuse soit-elle, l’histoire est éphémère, prendra fin et est une illusion. Aussi magnifique soient les choses que vous pouvez vivre sur cette terre, il arrive l’heure où elles ne vous intéressent plus car vous comprenez qu’elles sont éphémères et qu’une bonne fois pour toute les choses éphémères ne vous intéressent plus et vous décidez ainsi de retourner à QUI vous êtes en tant qu’être éternel.

QUI vous Êtes est ICI et MAINTENANT et la personne qui avance dans l’illusion du perfectionnement et de l’expérimentation ne fait que s’éloigner de l’Être pour un beau jour se rendre compte que l’Être véritable est resté ICI et MAINTENANT à attendre.

Il suffit donc à nouveau de se répéter que nous ne sommes pas cette personne, pas cette histoire, pas cette souffrance, si tant est qu’il y ai une souffrance, et tel que le Christ le disait : “Je suis la Voie, la Vérité, la Vie”. Il n’était pas par cette phrase en train de se mettre sur un piédestal, mais de vous faire comprendre que vous êtes vous-même la Voie, la Vérité, la Vie et qu’étant la VIE UNE, la vérité est en chacun de nous et que par conséquent il n’est pas nécessaire d’aller la chercher dans une quelconque voie extérieur qui ne fera que renforcer la personne encore et encore.

Que celui qui souhaite continuer à jouer avec ce monde continu de jouer, il n’y a aucun mal à cela, nous l’avons tous fait, maintenant que celui qui commence à percevoir ou à sentir qu’il a assez joué et ressent l’appel de l’Être véritable, comprenne qu’il n’y a pas à se perfectionner, qu’il n’y a pas à expérimenter ceci et cela, qu’il y a juste à revenir à l’Être véritable tel que l’on clancherait une clanche pour entrer dans une pièce!

Maintenant la désidentification de la personne n’est pas un bouton ON/OFF et derrière il y a une certaine inertie qui fait que face à certaines circonstances réveillant des mémoires, la personne resurgira, mais une fois de plus, personne n’a été parfait et ce n’est pas nécessaire. Il suffit de voir ces manifestation pour ce qu’elles sont pour que d’elles-mêmes, à terme, elles se dissolvent. Bien qu’il ne faille pas se leurrer et jamais la personne ne sera complètement dissoute, mais ce n’est pas grave car le retour à l’Être et à la fin du cycle des réincarnations peu se faire sans.

Il n’est donc pas nécessaire de se focaliser sur ce qui n’est pas nécessaire (la personne), là où se focaliser sur ce qui est nécessaire (l’Être) permettra à ce qui n’est pas nécessaire de se faire par lui-même.