De paralysé à libéré

Retranscription de la vidéo :

Je vous parle souvent du fait que l’on récolte ce que l’on sème et qu’à partir de là il n’est pas nécessaire de perdre son temps dans les problématiques de ce monde qui ne sont que les conséquences, les symptômes, de causes, qui se trouvent à amont, dans la conscience. Et je vous invite donc toujours à revenir vous placer dans la conscience. Ce qui peut sembler être du “jmenfoutisme” semble t-il puisqu’on me fait parfois des remarques du type :  si une grand-mère se fait agresser dans la rue, tu lui diras qu’elle récolte ce qu’elle a semé, que ça ne te concerne pas et qu’elle n’a qu’à se débrouiller.

Je pense qu’il faut discerner le fait d’intervenir dans une situation face à laquelle la vie vous met, en l’occurrence vous n’auriez pas choisi de vous retrouver là face à cette agression mais il s’avère que vous êtes là et alors vous intervenez. Ça c’est une chose. Maintenant, si chaque jour vous allez vous promener dans la rue au cas où des grand-mères se feraient agresser parce que vous auriez fait du sauvetage de grand-mères votre raison d’être, là c’est tout autre chose et c’est précisément l’ego qui serait à l’oeuvre à travers une cause en vue de se sentir exister. Auquel cas il s’agit d’égoïsme.

Quel que soit le combat que vous menez, et moi je ne met pas d’échelle de valeur dans le combat, ce qui m’importe c’est le principe sous-jacent, alors, que vous preniez part pour une équipe sportive ou que vous vous engagiez pour je ne sais quelle cause humanitaire à l’autre bout du monde, pour moi le problème et le même et il est que l’ego a besoin d’une cause en vue de se sentir exister. Eh bien si c’est votre cas, cessez tout combat, retirez-vous de tout combat pour un temps et vous allez très vite constater que le manque c’est vous qui le ressentez et certainement pas le monde. Vous serez alors face l’évidence absolue et indiscutable qu’il ne s’agit de rien d’autre que d’égoïsme.

Si l’humanité avait ne serait-ce que mille ans d’existence et qu’après mille ans on en serait encore à s’acharner du matin au soir et du soir au matin sur le même type de problème, on serait en droit de se question quand au fait que cette croyance qui nous mène à nous attaquer aux problèmes par les symptômes n’est pas une aberration totale.

Et en l’occurrence nous avons bien plus de 1000 ans d’existence et cela fait bien plus de mille ans que nous nous acharnons du matin au soir et du soir au matin sur exactement le même type de problème, donc au delà d’être en droit de se poser la question, nous sommes dans “l’obligation” de constater, que, en effet, c’est une aberration totale, qui ne fonctionne pas.

Et si ces problème perdurent depuis la nuit des temps, voir se multiplient, nous sommes en droit de nous questionner quand au fait que, est-ce que l’humanité, en tant que conscience collective, souhaite réellement voir ces problèmes se résoudre ? Si ces problèmes sont toujours là la réponse est évidemment non et ce qui nous intéresse c’est donc pourquoi non.

Pourquoi ? Parce que tout simplement l’ego ne vit qu’à travers ces problèmes, lesquels lui donnent accès à un statut social, lequel (le statut social) lui donne accès notamment à l’amour, en tous les cas à l’amour terrestre, et à la famille. Personne n’a donc d’intérêt à voir les problèmes de ce monde disparaître, excepté si la résolution de ces problèmes entraîne de nouveaux problèmes !

La vérité c’est que jamais au grand jamais un être Libéré ne mènera un quelconque combat que ce soit sur cette terre. Pourquoi ? Parce que de quoi est libéré le Libéré ? Il est libéré de l’ego/personnalité. Et qui combat à votre avis ? Evidemment ce même ego/personnalité. Vous voyez comme moi si vous combattez, que l’énergie qui est en vous et qui vous pousse à aller combattre, ce n’est pas l’énergie de la paix. C’est un tiraillement qui est en vous et qui vous pousse à aller combattre. Donc en dépit de la supercherie que peuvent être les discours intellectuels, qu’est ce que vous allez véritablement apporter au monde ? Cette énergie de tiraillement, de combat, donc d’agressivité et de violence, quand bien même vous prétendriez combattre pour la paix.

Maintenant si vous arrêtez de jouer à la paix mais que vous incarnez la paix, alors ça ne vous traversera plus même l’esprit d’aller mener un quelconque combat que ce soit, et y compris si vous vivez dans les montagne au fin fond de l’Himalaya, vous apporterait au monde cette paix.

Parmi les gens qui m’écoutent, j’imagine bien qu’il y en a qui vont se reconnaître dans le fait de mener des combats et parmi eux certains connaîtrons en parallèle une ouverture du cœur qui fait qu’ils seront parfaitement réceptif à mes paroles, qu’ils ne culpabiliseront aucunement et que derrière les choses se feront spontanément, c’est à dire qu’ils cesseront tout combat. Maintenant d’autres ne connaissent aucune ouverture du cœur du tout, en tous les cas pour le moment, et rejetterons donc en bloc ce que je suis en train de vous dire.

Ce qu’il faut comprendre c’est que la conscience sur cette terre et ce dans une très large majorité des cas et littéralement parlant paralysée. Si vous demandez à un tétraplégique de courir un 100 m, il constatera par lui-même qu’il suffit de mettre un pied devant l’autre pour avancer et que c’est simple comme bonjour, pourtant même avec la meilleur volonté du monde, il ne pourra pas le faire.

Il en va de même avec la conscience. Vous pouvez mettre les évidences et les preuves les plus flagrantes sous le nez de ces gens paralysés et il ne comprendrons rien car dans l’incapacité technique de comprendre quoi que ce soit.

Le seul moyen de comprendre ce que je suis en train de vous dire c’est d’être passé soit même de l’état de paralysie à l’état de Libéré. Si vous êtes paralysé vous n’avez aucune chance de comprendre le moindre pourcentage de ce que je vous dis et si vous êtes né Libéré ça vous semblera tellement évident que vous vous demanderez pourquoi j’en parle.

Le stade de paralysie c’est quoi ? C’est lorsque vous êtes persuadé d’être vos chaines. Vos chaînes ce sont vos croyances et tout ce qui en découle, notamment vos combats. Eh bien quand vous êtes persuadé d’être vos chaines, vous êtes l’imbécile heureux parfait, tout va bien dans le meilleur des mondes. Maintenant vient l’heure où vous commencez à percevoir les chaines, y compris dans ce qui vous passionnait et vous animait au plus au point jadis. Et là vous passez de l’imbécile heureux à l’imbécile malheureux puisque vous commencez à vous débattre pour vous libérer de ces chaines, jusqu’au moment où vous comprenez que vous n’avez jamais été ces chaines, que vous n’êtes pas ces chaines et que vous ne serez jamais ces chaînes. Alors vous prenez le sac de chaînes qui se trouvait en réalité à l’extérieur, vous le déposer et vous voilà libéré, l’affaire est pliée.

Et si vous êtes passé par ce processus vous avez également compris qu’il dépasse de très très loin la volonté des uns et des autres. Les énergies libératrices vous tombent dessus à un moment donné. Vous n’allez pas les chercher mais elle vous tombe belle et bien dessus et là vous les accompagnez en conscience ou vous les rejetez en bloc. Mais là encore vous n’avez pas vraiment le choix, car si vous décidez de les rejeter en bloc pour sauver pour un temps encore votre ego, ça va générer de tels souffrances que vous allez très vite comprendre que le seul moyen d’y échapper c’est de lâcher le morceau. Donc même là où vous croyez avoir le choix vous n’avez en réalité aucun choix et il faut comprendre que une fois les énergies libératrices à l’oeuvre, elles iront au bout du travail que vous le vouliez ou non. Et pour ceux qui n’ont pas encore entamé ce processus, ils y passeront également qu’ils le veuillent ou non et ce quand bien même ils auraient rejeté ces paroles en bloc. Ils y passeront en temps et en heure. Puisque au delà de la libération de notre petite personne il s’agit de la libération de l’humanité, et comme toute transition il est préférable qu’elle se fasse progressivement pour pouvoir se faire en douceur et il est donc normal que des gens se libèrent en amont pour pouvoir infuser ces énergies libératrices dans la conscience collective et permettre la libération du collectif, j’imagine, avec le temps, de manière exponentielle.

De surcroît si vous avez vécu le processus, vous avez sans doute vécu des expériences à un moment ou à un autre qui vous chagrinaient quelque peu à l’intérieur. Vous étiez éventuellement en mesure de voir clair quant aux tenants et aboutissants de ces expériences, autrement dit de voir en quoi elles allaient vous permettre de transcender toujours plus la personne éphémère pour vous reconnecter à l’éternel, et en dépit du fait que vous disposiez de toutes les cartes entre vos mains, votre personne était éventuellement dans l’incapacité totale de lâcher le morceau là tout de suite maintenant. Donc qui voulez-vous qui vous sauve si vous-même qui disposez de toutes les cartes êtes dans l’incapacité de vous sauver ? Absolument personne. Et de la même manière vous comprenez que jamais au grand jamais vous ne pourrez sauver quiconque et que dans ce processus là c’est à chacun de faire face à lui même, en dépit du fait que l’humain aime à se faire croire que les événements extérieurs sont la source de ses souffrances. Parce que aussi longtemps qu’il croit que les événements extérieurs sont la source de ses souffrances, il croit également que les solutions se trouvent à l’extérieur et ainsi il échappe précisément à ce grand face à face avec lui-même qui peut être si douloureux. Maintenant la réalité c’est que jamais au grand jamais les événements extérieurs ne pourront être la source de votre souffrance. Pour celui qui est en paix il peut se passer quoi que ce soit à l’extérieur et il restera en paix. Maintenant si les événements extérieurs réveils en vous une souffrance ça veut simplement dire qu’ils sont venus pointer du doigts, mettre en lumière, une souffrance d’ores et déjà existante en vous et certainement pas l’inverse. Ça veut dire que si vous parvenez à résorber ces failles qui sont en vous de l’intérieur il n’y aura plus lieu de vivre des expériences douloureuses à l’extérieur, puisque s’il n’y a plus rien à pointer du doigt il n’y a plus lieu de vivre ces expériences là.

Si vous comprenez que tout cela n’est pas une affaire de volonté personnelle vous comprenez déjà que ça ne sert à rien d’aller taper sur les uns et sur les autres puisque c’est l’intelligence divine qui en a décidé ainsi quant au processus de libération de l’humanité, mais également, vous comprenez que ça ne sert à rien d’aller perdre son temps dans les problèmes de ce monde. Et qu’au delà de ne servir à rien, ça ne fait que les alimenter.

Que vous soyez à la tête d’une multinationale à pourrir le monde en polluant les océans, les terres et en rasant les forêt, ou que vous soyez écolo engagé, vivant dans une communauté au fin fond de la cambrousse, le problème est exactement le même. Déjà vous voyez bien que vous alimentez le même jeu. Et plus foncièrement vous comprenez que la conscience demeure logé dans l’ego/personnalité et c’est précisément du fait que la conscience soit logée dans l’ego/personnalité que découle l’intégralité des problèmes de ce monde. La caractéristique du cœur c’est que vous n’avez plus besoin de rien. A partir du moment où vous avez besoin de mener un quelconque combat que ce soit, aussi noble puisse t-il paraître en surface, ça veut dire de manière indiscutable que votre conscience est logée en l’ego/personnalité. Dans le cœur vous n’avez plus besoin de rien et c’est la caractéristique du cœur qui fait que vous êtes sûr et certain d’être dans le cœur et pas autre part.

On peut parler éternellement d’éveil et vous pouvez prendre le problème par le bout que vous voulez, vous en arriverez toujours à la conclusion plus qu’évidente que ça ne sert à rien de s’occuper de problèmes de ce monde. Déjà parce que la conscience est littéralement paralysée et que vous ne pouvez rien faire avec ça et de surcroît par qu’en mettant votre énergie dans les problèmes de ce monde, quel que soit votre camp, vous ne faites qu’alimenter les problèmes de ce monde.

La libération c’est quoi ? C’est tout simplement de se libérer de l’ego/personnalité. Autrement dit de remettre sa vie entre les main du divin, de la lumière, vous l’appelez comme vous voulez, ce qui compte c’est de comprendre le principe sous-jasent. Et remettre sa vie entre les mains de ce principe ce n’est pas remettre sa vie entre les main de quelque chose d’extérieur, c’est précisément remettre sa vie entre les mains de ce qui vous êtes et ce n’est donc pas se déresponsabiliser mais se responsabiliser. La folie furieuse c’est de remettre sa vie entre les mains de cette petite personne que vous n’êtes pas. Toute la différence entre le Libéré et celui qui demeure esclave des chaines de son ego, c’est que le Libéré n’est plus dans les projections mentales : tiens, il y a encore ça à combattre que ce soit au sein de ma vie ou du monde, j’aimerais voir ma vie ici dans un an, cinq ans, dix ans… Non, le Libéré est 100% dispo pour l’intelligence divine, pour l’intelligence de la lumière. C’est l’intelligence de la lumière qui le guide vers là où il doit être, et pour lui et pour le monde, quand bien même sa personne ne serait pas du même avis dans l’immédiat.

Pour reprendre l’exemple du début de cette grand mère qui se ferait agresser, je vous ai dit que si vous vous retrouvez face à cette situation et intervenez c’est une chose, maintenant si vous, vous décidez tous les jours d’aller faire du sauvetage de grand-mères parce que vous avez besoin d’une cause à laquelle vous identifier pour vous sentir exister c’est une tout autre chose et c’est ce qui fait la différence entre celui qui incarne la vérité du cœur et qui laisse la Vie le mener dans les situations qu’il a à vivre et celui incarne le mensonge de l’ego/personnalité et qui se mène lui-même dans l’une ou l’autre situation.

Vous voyez bien comme moi que concrètement dans la matière, dans les deux cas la situation sera réglée. C’est à dire qu’en surface elle sera réglée. Maintenant en profondeur, dans le deuxième cas, la conscience demeure dans l’ego/personnalité et donc vous ne cessez d’alimenter les problèmes de ce monde. Pourquoi ? Car quand vous combattez, l’énergie qui vous pousse vers ce combat ce n’est pas l’énergie de la paix. donc c’est cette énergie de tiraillement, de combat, de violence et d’agressivité que sur les plans subtils vous apportez au monde.

Et donc je vous demande. A quoi bon se prétendre ceci ou cela, se coller telle ou telle étiquette, quand vous voyez bien que les conséquences dans la matière sont les mêmes que vous vous colliez des étiquettes ou pas alors que l’on vient de voir que sur les plans plus subtils vous ne faites qu’aggraver les problèmes de ce monde en vous collant des étiquettes.

Si vous abandonnez votre personne pour vous reconnecter au grand tout vous allez vivre en harmonie avec le grand tout et donc avec la nature. A partir de là, à quoi ça sert de se prétendre écolo par exemple ? Le simple fait de se prétendre écolo atteste que vous vivez en dysharmonie totale avec les lois de la nature. Quand vous vous mettez dans la case écolo cela signifie qu’un autre se trouve dans une autre case et vous êtes dans la loi de la séparation et certainement pas dans la loi de l’unité qui est la loi de la nature. Voyez, nous n’avons pas même besoin d’aller chercher les supercheries qui peuvent être derrière la personne qui se prétend écolo, juste à la base, juste de se prétendre écolo, on sait déjà que la personne est d’office dans le mensonge.

Comme je vous l’ai déjà dit : QUI SE PRÉTEND MENT. QUI EST, EST. Il n’y a pas besoin de se prétendre quand on est puisque l’on est dans la loi de l’UN au sein de laquelle il n’y a plus de séparations et donc plus lieu de se prétendre. A partir de là vous comprenez que quiconque se prétend quoi que ce soit, ment obligatoirement.

Ensuite c’est à chacun, en tous les cas pour ceux qui sont capables de percevoir les vérités absolues derrière ces paroles (parce que celui qui n’en ai pas capable continuera à jouer le jeu de la personne aussi longtemps que nécessaire), de décider : est-ce que je souhaite continuer à incarner le mensonge de l’ego/personnalité ou une bonne fois pour toute incarner la vérité du cœur, de l’éternité.

Ne plus s’occuper des problèmes de ce monde n’est pas du “jmenfoutisme”. Ou l’on pourrait l’appeler ainsi, mais ce n’est pas du “jmenfoutisme” du type “j’en ai ras le bol, je m’en fou de tout”, c’est du “jmenfoutisme” d’intelligence, l’intelligence du cœur qui vous permet de voir clair quant à là où c’est important de mettre son énergie et là où c’est parfaitement innutile, et de surcroît de voir clair quant au fait que de la mettre là où c’est innutile, non seulement c’est innutile mais ça ne fait qu’aggraver les problèmes.

Et c’est donc à chacun de choisir si vous souhaitez être la Vie UNE, ou continuer à avoir une vie au sein de votre petite personne. Tout le challenge pour celui qui commence à percevoir les vérités derrière ce que je vous dit, eh bien c’est de demeurer dans le cœur et de discerner le moment entre là où l’on est dans le cœur et là où l’on est dans l’ego/personnalité. Et tout simplement, le cœur, sa caractéristique première encore une fois, qui fait que vous êtes sûr et certain d’être dans le cœur et pas autre part, c’est de n’avoir besoin de rien.

L’état de paix c’est la capacité à être là ici et maintenant, sans la nécessité de se projeter dans quoi que ce soit d’extérieur.

A partir du moment où vous ressentez le besoin d’aller courir les problèmes de ce monde, puisque vous constater bien qu’aller courir les problèmes de ce monde ça vous évite d’aller broyer du noir et les gens broient précisément du noir lorsqu’ils sont là à ne rien faire, c’est pourquoi ils fuient cette noirceur dans les problèmes de ce monde. Maintenant ce qu’ils apportent au monde ça n’en demeure pas moins cette noirceur.

La seule solution est de se retourner en soi-même et de venir mettre la lumière sur cette noirceur là et d’arrêter d’y échapper dans les problèmes de ce monde.

L’état de paix, encore une fois, c’est la capacité à être là ici et maintenant, sans la nécessité de se projeter dans quoi que ce soit d’extérieur. Maintenant les projections peuvent vous donner le sentiment d’être en paix puisque vous fuyez constamment cette noirceur qui est en vous, mais le sentiment de paix n’est pas l’état de paix.

On arrête donc de jouer à la paix, on arrête de jouer à l’amour, on incarne la Paix, on incarne l’Amour et on ne mène donc  plus aucun combat que ce soit.